Mariage Buffet - Vernus


Studio DAVID KYRSZAK
53 rue Nationale
69400 Villefranche sur Saône
www.pixelistan.com

 

retour sur Pixelistan
retour sur la page principale

page 1 de 3 Suivante


Photo - 215A.jpg

Photo - 216A.jpg

Photo - 217A.jpg

Photo - 218A.jpg

Photo - 219A.jpg

Photo - 220A.jpg

Photo - 221A.jpg

Photo - 222A.jpg

Photo - 223A.jpg

Photo - 224A.jpg

Photo - 225A.jpg

Photo - 226A.jpg

Photo - 227A.jpg

Photo - 228A.jpg

Photo - 229A.jpg

Photo - 230A.jpg

Photo - 231A.jpg

Photo - 232A.jpg

Photo - 233A.jpg

Photo - 234A.jpg

Photo - 235A.jpg

Photo - 301.jpg

Photo - 302.jpg

Photo - 303.jpg

Aucune commande n'est prise en compte par e-mail.
Toutes les commandes doivent se faire auprès de mariés, mais il est possible de faire le choix des images sur ce site.
Pour préparer votre commande veuillez relever les noms des photos sans l'extension .jpg.

Aux Caisses d'épargne, la vedette du moment s'appelle Organdi... Dans la plupart des banques, chez les courtiers d'assurance ou dans les bureaux des conseillers en gestion de patrimoine, se bousculent ces placements aux noms mystérieux.
Officiellement, pour l'AMF (Autorité des marchés financiers), il s'agit de «fonds à formule». Ils promettent aux épargnants, deux à dix ans après la souscription, une rémunération calculée selon une formule mathématique, différente pour chacun d'eux, mais presque toujours liée à l'évolution des marchés boursiers.
Certains se targuent par exemple d'offrir, dans dix ans, 70% de la performance maximale d'un panier d'actions présélectionnées par le gérant. D'autres donneront, dans 5 ans, 60% de la plus forte des progressions d'un panier de cinq indices mondiaux, etc.
Leur point commun ? Ils sont assortis d'une garantie en capital, presque toujours totale. A l'échéance, le souscripteur est donc certain de récupérer au moins sa mise. On trouve certes encore ici ou là des fonds seulement protégés partiellement, qui exposent l'investisseur à une moins-value dans certaines circonstances. Mais ils se font rares. Car les déboires de La Poste avec un fonds de ce genre, le célèbre Bénéfic, dissuadent beaucoup de banques de s'engager dans cette voie : l'établissement public affronte aujourd'hui les procès intentés par des clients mécontents, qui pensaient avoir souscrit un placement sans risque et ont en réalité essuyé une perte sèche.